Loose Parts

Aujourd’hui, j’avais envie de vous faire part de quelque chose que j’ai découvert récemment. Un concept, une idée, toute simple : les Loose Parts.

loose-parts


J’ai découvert les Loose Parts en lisant cet article, et j’ai eu la chance de feuilleter les deux livres de référence sur les Loose Parts, qui sont dans les ressources pédagogiques de l’école démocratique où je travaille bénévolement. Ci-dessous, un extrait photographique du livre Loose Parts : Inspiring Play in Young Children.

extrait-livre-loose-parts

De quoi parle-t-on ?

Les Loose Parts sont des objets qui ne sont pas vraiment figuratifs, qui laissent libre court à l’imagination et la créativité de l’enfant. Ils trouveront tout leur sens dans le jeu de l’enfant, c’est lui et lui seul qui choisira ce qu’il veut en faire, comment il les assemble, comment il utilise. Des couvercles de bocaux peuvent servir à être empilé pour faire une tour, servir de bateau pour des personnages, faire une démarcation sur le sol… L’utilisation de Loose Parts permet de stimuler la créativité et les apprentissages de l’enfant, de l’amener à faire ses propres découvertes, ses propres expériences.

En effet, l’idée est de proposer un laboratoire d’objets divers et variés à l’enfant et de le laisser explorer à sa guise, faire des essais, des tests… Jouer, jouer et jouer. Là réside tout le travail essentiel de l’enfant.

arc-en-ciel-grimms

Les Loose Parts peuvent être achetés, par exemple, je trouve que les assemblages de chez Grimms ou les 13 dons de Froebel, laissés à la libre utilisation de l’enfant, sont dans cette idée. On trouve beaucoup de lots pour les loisirs créatifs dans les solderies par exemple qui peuvent aussi servir de base : bâtonnets colorés, lots de perles, cailloux en verre coloré…

Mais, il me semble qu’il est aussi intéressant d’utiliser la réutilisation et la récupération : couvercles de bocaux, bouchons de bouteilles de vin, coquillages, cailloux, galets plats, plumes d’oiseaux, pommes de pins…

On peut les classer par couleurs, en faisant des bocaux ou des boîtes avec des boîtes de Loose Parts rouges, bleus, jaunes, verts… Ou aussi, les proposer en fonction des saisons : Hiver/Noël, Printemps, Automne/Halloween…

Personnellement, j’ai complètement craqué sur cette idée. Bien sûr, cela ne fait que formaliser quelque chose que les enfants font depuis bien longtemps ; jouer avec des bouts de bois en faire des piles, des lignes, des cabanes, des tas… J’aime cette idée de créer un laboratoire de découvertes pour Elie. Je commence à emmagasiner des petites choses : plumes d’oiseaux que je ramasse au fur et à mesure des balades, couvercles de bocaux, coquillages, j’aimerais avoir des petits rondins de bois. J’ai également de nombreuses chutes de tissus qui pourraient trouver une vie alternative en tant que Loose Parts, ainsi que des petites décorations de table en bois que je n’utilise plus qui pourraient tout à fait servir Elie. Bien sûr, il s’agit aussi de s’adapter à son enfant, de voir ce qui lui plaît, ce qui l’intéresse et qui le passionne.

Bon dimanche & à bientôt !

Pour aller plus loin :

Publicités

4 réflexions sur “Loose Parts

  1. Zoé dit :

    Je ne connaissais pas du tout ce terme !
    J’ai l’impression que cela existe depuis toujours, mais que notre génération et la suivante ont d’avantage de « jouets » qu’auparavant, et que les parents proposent peut être moins à l’enfant de jouer avec des objets quo ne sont pas des « jouets ».
    Je me rappelle que j’ai toujours construit beaucoup d’univers, auxquels il ne fallait pas touché Chez mes parents j’avais le droit de construire des univers de partout (apparemment ça effarait les invités que mes parents me laissent « faire du bordel » et que « je ne range pas ».) Bref, en gros personne à part mes parents et ensuite ma grand mère comprenait comment je jouais enfant.
    Pour en revenir au sujet, je me souviens que ma grand-mère a accepté de me laisser un espace que j’étais autorisé à ne pas rangé tous les jours (les carreaux devant la cheminé et le tapis sous le télé, deux mètres carrés je dirai). Et dans ces deux mètres carrés je fabriquais des univers avec des jouets ainsi que des objets qui n’en sont pas. Les playmobiles étaient associé aux pommes de pain, petits cailloux, bouchon en plastique ou en aluminium, rubans, décors en papiers, cartons…
    Bref, j’aime ce concept 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s