La diversification

L’alimentation est un des besoins primaires de l’être humain. Dès la naissance, le fait de nourrir son enfant crée un lien entre le parent et le bébé, que ce soit au biberon ou au sein. On peut dire que la nourriture est le premier tiers qui est introduit au sein des relations familiales. Plein de choses entre en jeu avec l’alimentation ; elle est porteuse des goûts, de la culture et des valeurs de la famille.

Commencer la diversification

Pour moi, la diversification n’est pas neutre. Ce n’est pas seulement donner de la nourriture autre que du lait à son bébé. C’est aussi lui faire goûter ce que l’on aime (ou pas) à son bébé, développer son goût et ses préférences, découvrir tout cela avec lui…

Au début, je voulais commencer la diversification aux six mois d’Elie. Et puis, finalement, lorsqu’elle a eu quatre mois, nous avons essayé de lui faire goûter un peu de purée de carotte. Elle a ouvert la bouche, intriguée, goûtée une petite cuillère et fait une grosse grimace. Petit échec, mais rien de grave, elle n’était pas prête. Nous avons attendu et réessayé environ une semaine plus tard de lui donner quelques cuillères. Puis, nous avons essayé une cuillère de compote de poire quelques jours après. La compote l’intéressait déjà plus !

Nous avons donc supposé que le goût sucré lui plaisait plus, ainsi nous avons tenté la patate douce et le potiron, ainsi que la banane et la pomme. Grosse victoire pour la patate douce ! Petit à petit, tranquillement, en prenant notre temps, nous avons donné de plus en plus de purée le midi et de compote au goûter. Elle a mangé son premier petit pot entier le quinze avril, elle avait donc six mois et treize jours.

Au fur et à mesure, nous avons découvert ses goûts ; une purée de petit pois la fait hurler, et du coup, on ne lui en donne plus, alors qu’une compote banane/poire la réjouit !

Et maintenant ?

Au moment où j’écris cet article, Elie a environ sept mois et demi. Elle mange :

Matin – lait (allaitement pour le lait, sauf si je suis absente)

Midi – une purée de légumes, avec une matière grasse (huile d’olive) ou du fromage ou de la viande/poisson + lait

Goûter – une compote ou un laitage au goûter + lait

Soir – une purée avec du riz ou des pâtes mixés ou de la bouillie pour bébé ou la même purée qu’à midi si j’en ai fait beaucoup + lait.

Et dans une journée, se rajoute souvent une autre tétée, selon ses besoins et envies, parfois un second petit déjeuner, parfois une dernière tétée avant la nuit.

Nous ne lui donnons pas de la viande/poisson tous les jours, je dirais environ deux/trois fois par semaine. Je suis végétarienne, tendant le plus possible vers le végétalisme, et mon copain est omnivore. Donner de la viande et du poisson tous les jours à ma fille, cela me semblait impensable, de plus, je ne cuisine pas de viande. Mais, mon copain voulait lui faire goûter un peu de viande et de poisson. Nous avons trouvé cet arrangement pour que chacun soit satisfait.

Dans mon article sur les lectures, je cite deux livres de cuisine végétarienne et végétalienne pour bébé et enfant qui m’aident beaucoup pour organiser son alimentation.

Je cuisine des petits pots salés et des compotes pour Elie, mais nous en achetons aussi. Parfois, je n’ai pas le temps ou l’envie de cuisiner, et comme je le disais plus haut, je ne cuisine pas de viande, donc j’achète des pots contenant viande ou poisson qu’elle mange. Je prends quasi exclusivement des marques bios. Par exemple, pour le soir, Elie aime bien ce mélange courgette, tomate, penne.

13231251_10209555293138305_820982702_n (1)

Qu’est-ce qu’on mange ?

Voici quelques idées, sachant que j’ai un baby cook qui calcule pour moi le temps de cuisson et la quantité d’eau, et que je fais au pif niveau quantité, je verse ensuite la purée ou la compote dans des petits pots du commerce que j’ai gardé et nettoyé, pour avoir pile la quantité adaptée. De plus, il n’y a aucun terrain allergique dans la famille et ma fille ayant été et étant toujours allaitée, nous avons introduit produit laitier et gluten, qu’elle semble supporter très bien.

Idées salées

  • chou-fleur, pomme de terre et kiri,
  • poireau, pomme de terre, kiri,
  • brocolis, pomme de terre, huile d’olive et ciboulette,
  • brocolis, pomme de terre, purée d’amande blanche (une seule petite cuillère),
  • aubergine, petit-suisse nature,
  • courgette, pomme de terre et un petit bout de chèvre doux,
  • courgette, carotte et maïs.

Idées sucrées

  • banane et poire,
  • pomme et raisins secs,
  • poire et crème de riz,
  • banane et chocolat en poudre (un tout petit peu),
  • pomme et banane,
  • banane et mangue.

Dans les compotes, je rajoute quasiment tout le temps une goutte de jus de citron pour la conservation.

Et voilà ! Mon expérience n’est pas forcément un exemple à suivre, chaque famille fait selon ses habitudes, sa culture, ses valeurs, comme je le disais au début de l’article. C’est à vous de trouver ce qui vous convient, ce qui plaît à votre enfant. La façon dont vous choisirez de nourrir votre enfant sera la bonne, puisque ce sera votre choix.

On s’arrête là, et à bientôt !

Publicités

2 réflexions sur “La diversification

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s