L’allaitement : mon choix

 

Tout comme Maman-Dine l’explique dans son article, j’avais entendu et lu tout et son contraire en ce qui concerne l’allaitement. Un florilège de « ne l’allaite pas trop longtemps sinon c’est pas bien hein, vous serez trop fusionnelles », « seulement les trois premiers jours », mais aussi « il n’y a que ça qui soit bon pour ton enfant, ne lui donne surtout pas de lait artificiel, c’est le diable », ou encore « c’est l’horreur, ça fait super mal ! »

S’il y a bien une chose avec laquelle je veux commencer cet article et qu’il ne faut jamais oublier : l’allaitement est un CHOIX. J’ai CHOISIS d’allaiter ma fille. Parfois, on fait ce choix, mais on ne peut pas, pour diverses raisons ; pas assez de lait, douleurs, crevasses… Parfois, on ne veut pas allaiter. Le choix que vous ferez sera le votre et sera légitime, puisque ce sera votre choix.

Prévoir ou ne pas prévoir, telle est la question…

En ce qui concerne mon expérience avec l’allaitement, au début de ma grossesse, je ne savais pas trop ce que je voulais. Je ne savais pas si j’allais pouvoir allaiter ou pas, si j’aurais assez de lait pour nourrir ma fille. Ma mère a eu des difficultés à nous allaiter, ma soeur et moi, et a du arrêter plus tôt qu’elle ne l’aurait souhaité. Sachant cela, je ne voulais pas me bloquer sur une décision ou l’autre, je voulais attendre de voir. Moi qui aime tout prévoir et tout organiser, je m’étais bien mise dans la tête que là, je ne pouvais pas prévoir.

Donc, je n’ai rien prévu.

Bon, c’est peut être un peu excessif, j’avais tout de même acheter un livre d’occasion sur l’allaitement. Je l’avais survolé un peu à la fin de ma grossesse, mais je ne l’ai lu attentivement qu’après la naissance, quand l’allaitement a été installé. J’avais aussi assisté au cour de préparation à la naissance sur l’allaitement, qui expliquait un peu les positions, les crèmes…

En fait, puisque je ne savais pas si j’allais allaiter ou pas, je n’avais rien acheté : pas de coussinets d’allaitement, pas de crème pour les seins, par de coussins d’allaitement. Et, finalement, deux semaines avant l’accouchement, une copine me donne tout ce qu’elle avait acheté et dont elle ne s’est jamais servie, car elle n’a pas pu allaiter. Je me retrouve donc avec un stock de coussinets, un coussin d’allaitement, deux tubes de crèmes pour les seins, des tisanes d’allaitement ; tout ce que je n’avais pas voulu acheter finalement.

Et heureusement qu’elle m’a donné tout cela ! Je me serais retrouvée bien démunie à la maternité, si je n’avais pas eu ces cadeaux !

Le début de l’allaitement

Elie a pris le sein 45 minutes environ après sa naissance. Elle a tout de suite su comment faire. Le début de l’allaitement, à la maternité, s’est très bien passé. Les sages-femmes et auxiliaires de puériculture n’arrêtaient pas de me dire « elle ne tète pas assez longtemps« , « vous devez la réveiller pour qu’elle mange« , « vous devez la nourrir toutes les X heures« …

Je me suis reposée totalement sur mon instinct et sur ma fille. Je ne l’ai pas réveillée pour lui donner le sein, je n’ai pas respectée les timing qui m’étaient donnés, j’ai fais à ma façon. Et force est de constater que ma fille va bien aujourd’hui et qu’elle a grossi convenablement. Oui, c’est un peu stressant de ne pas savoir combien de millilitres votre bébé boit, mais s’il grossit, globalement, c’est que ça va.

Il y a juste un détail qu’il est important de citer pour les premiers jours : les contractions retours ! A chaque fois qu’Elie mangeait, j’en pleurais tellement mon utérus faisait sa vie…  Mais, promis juré, ça passe ! C’est d’ailleurs le meilleur conseil que l’on m’ait donné : les douleurs passent. Je voudrais quand même ajouter, que si elles ne passent pas, c’est qu’il y a peut être un soucis. Si cela est votre cas, il faut peut être en parler à votre sage-femme.

Autre chose que j’ai fais consciencieusement jusqu’à la première visite de pédiatre : je notais à quelle heure elle mangeait et combien de temps elle tétait, sur un petit carnet que l’on m’avait donné à la maternité. Je l’ai fais pendant un bon mois, puis j’ai arrêté.

J’ai aussi testé le truc du bracelet à changer de poignet en fonction du sein que l’on donne. J’ai tenu un peu plus d’une semaine, et puis j’oubliais tout le temps de le changer de bras, donc j’ai laissé tomber.

La montée de lait

J’étais rentrée chez moi depuis quelques jours, quand je me suis réveillée avec une HORRIBLE douleur dans les seins. Vraiment. Lors des cours de préparation à la naissance, on m’avait dit de mettre un verre d’eau très chaude droit contre mon sein. Je suis donc bravement allée dans ma douche pour faire ça, et… ça n’a servi à rien. Je me suis passée de l’eau chaude sur les seins avec le pommeau de douche, ce qui m’a bien soulagée. Puis, j’ai « tiré » mon lait à la main jusqu’à ce que la douleur s’atténue. Ensuite, ma fille s’est réveillée, me sollicitant pour manger, et jai eu envie de crier « hourra » !

Ensuite, ce fut quasiment la fin des douleurs et contrariétés liées à l’allaitement. Parfois des petites douleurs quand elle tétait sur une longue durée, rapidement soulagée avec de l’eau chaude ou une crème de soins.

L’enfer du tire-lait & le lâcher prise

Elie avait un mois quand j’ai commandé un tire-lait chez la société Grandir Nature, qui est très bien pour ce genre de chose. J’avais une ordonnance faite par ma sage-femme.

Il s’agissait d’un tire-lait électrique, que l’on banche donc sur une prise. J’ai du acheter quelques ustensiles et la location de la machine était par contre remboursée. Au début, je voyais cela comme une libération, j’allais enfin pouvoir la laisser à son père avec des biberons et sortir un peu, ne serait-ce que pour faire des courses !

Mais, ça c’était avant. Je n’arrivais à tirer beaucoup de lait, et je me disais « c’est normal, ce n’est que le début« . Je discutais de ce sujet sur des groupes facebook de parents ou avec des femmes de mon entourage qui avaient utilisé un tire-lait, ce qui ne me rassurait pas forcément. Je buvais des hectolitres de tisane d’allaitement. Mes journées se résumaient à : me lever, donner le sein à ma fille, aller tirer mon lait, lui redonner le sein, nettoyer le tire-lait, retourner essayer de tire mon lait… Tout ça pour à peine réussir à remplir un biberon en trois jours.

Je me suis bien pris la tête pendant un temps. J’avais l’impression d’être une vache laitière, mais inefficace. Le tire-lait trônait sur la table de ma salle à manger et devenait petit à petit mon pire ennemi.

J’avais prévu une sortie au cinéma avec des copines. Je voyais la date approcher et aucun stock de lait et de biberons dans mon congélateur… Finalement, j’ai craqué. On a acheté du lait artificiel biologique. Désormais, ma fille a des biberons de lait artificiel lorsque je suis absente et, parfois, lorsque j’ai les seins engorgés, j’arrive à tirer mon lait à la main et nous lui donnons. J’ai culpabilisé, un peu, et puis j’ai lâché prise.

Bien sûr, les premiers biberons ont été catastrophiques. Elie pleurait, refusait de boire, et attendait souvent que je rentre pour manger. Petit à petit, elle a finit par mieux le prendre, lorsqu’elle avait très faim. Et puis, maintenant que nous avons bien commencé la diversification, son père peut la faire patienter avec une compote, si je pars l’après-midi par exemple. Je sais qu’elle ne se laissera pas mourir de faim. Et surtout, je laisse mon homme gérer, c’est SON expérience

Continuer l’allaitement ? 

Elie a plus de six mois désormais et je n’avais jamais pensé que je tiendrais aussi longtemps. En fait, je crois que j’aime bien allaiter. C’est tellement pratique et simple ! Pour le moment, je continue de l’allaiter, et vaille que vaille, on verra bien !

Publicités

2 réflexions sur “L’allaitement : mon choix

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s