J’ai envie d’avoir un enfant… Mais pas lui.

1 – Le désir de Maternité :

desir-enfant

Avant de tomber enceinte, mon désir de maternité était très (TRÈS) présent et commençait même à poser problème au sein de mon couple, car il n’était pas tout à fait partagé… Mon conjoint m’assurait continuellement que j’étais celle avec qui il voulait avoir des enfants, mais me répétait « quand j’aurais une situation », « quand on aura fait le tour du monde » « quand ceci/ quand cela »… Alors, je proposais des voyages, l’aidait dans sa recherche d’emploi, mais quand bien même, je voyais que ce n’était pas le problème. Le « problème » était malheureusement plus simple : pour lui ce n’était pas encore le moment.

2 – Attendre d’avoir « une situation ».

cdi

De son côté l’idée faisait petit à petit son chemin. Du mien, c’est précisément parce que je ne savais pas quand viendrait ce fameux moment (si ça prendrait 3,8 ou 10 ans…) que cela a été long et douloureux d’attendre (ça me travaillait depuis 2 ans). J’ai même pensé quelques fois à la séparation. Car je ne comprenais pas, pour moi on était prêt. Cela faisait 5 ans que nous étions ensemble, on s’aimait, on avait traversé diverses épreuves, et ses qualités me faisaient dire qu’il serait le père idéal pour mes/nos enfants. Certes, on n’avait pas d’emplois stables…Mais sérieusement ?  Les emplois de nos jours ça va, ça vient, et si on attendait le CDI parfait, mes ovaires auraient mille fois eu le temps de se dessécher.

3- Enfant surprise !

enfant-surprise

Cela faisait un moment que je ne prenais plus la pilule pour préserver ma santé (je suis convaincue que la seule chose qu’il faut avaler tous les jours c’est de l’eau – et de manière générale j’évite de me médicamenter à la légère).  Et puis un jour, sans prévenir, mon conjoint n’a pas mis de capote, il ne s’est pas non plus « retiré » (notre médecin nous a pourtant répété que « le retrait » était la méthode de contraception responsable du baby-boom). Sur le coup, alors que nous sommes habituellement plutôt  « bavards » avant, pendant et après nos ébats, ce fut silence radio. Je craignais trop qu’il me dise que c’était un accident pour poser la question. J’ai attendu un ou deux jours pour savoir si c’était intentionnel, la réponse : « peut-être » et un sourire malicieux.

4 – Laisser place au destin

contraception-grossesse

Le fait que mon conjoint ait voulu se protéger de nouveau par la suite m’a fait peur. Je lui ai demandé s’il désirait vraiment un enfant. Il m’a répondu que c’était ce qu’il avait voulu à ce moment là et que le destin annoncerait la suite. Me sachant entièrement partante, le pouvoir de décider du « moment » lui était remis tout entier et semblait trop lourd à porter.

Mais il a suffit d’une fois, d’une seule, et un bébé était en route pour notre plus grand bonheur. Il a balayé tous nos doutes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s